« On essaie de rendre la sneaker belle, de telle sorte que les autres puissent la voir comme nous la voyons »

Yoann – Home Street Home

source : S.A.D.P  - Facebook

source : S.A.D.P – Facebook

 

Voilà plusieurs mois que les collectionneurs de baskets, appelés sneaker-addicts, font des réseaux sociaux leur nouvelle cour de récréation.

En effet, on voit un nombre incommensurable de baskets hashtagées « dailykicks » ou encore « sneakers of the day » pulluler sur Instagram, Facebook ou encore Twitter. Il ne s’agit plus d’exhiber à son cercle d’amis virtuels la paire de baskets qu’on portera le reste de l’année. Désormais, il est question de prendre en photo religieusement sa sneaker, et de lui attribuer un caractère sacré.

 

source : S.A.D.P – Facebook

 

De Ugly Mely, à Merystache en passant par High Snobiety, tous ont un objectif commun : rendre la basket poétique, au travers de photos travaillées et conceptuelles.

 

source : S.A.D.P - Facebook

source : S.A.D.P – Facebook

 

source : yoann_homestreethome - Instagram

source : yoann_homestreethome – Instagram

 

Détourné à un usage citadin, la sneaker se distingue de la chaussure de sport. Elle se différencie par son côté esthétique. Un véritable engouement s’est créé autour de la sneaker ces cinq dernières années, donnant lieu à l’émergence d’une communauté, ayant développé des codes et un langage propres.

Pour Yoann, blogueur sur Home Street Home, la photographie et la mise en scène de baskets sont un moyen de montrer sa propre perception de l’objet en lui-même. « On essaie de rendre la sneaker aussi belle aux yeux d’autres passionnés, qu’elle l’est aux nôtres. C’est le sentiment général, mais les gens ne mettent pas forcément de mots dessus ».

On remarque d’ailleurs que les réseaux sociaux sont un véritable terrain de jeu pour cette communauté. En effet, il se créer sur Facebook des groupes au sein desquels chacun est libre de poster la photo de sa nouvelle acquisition.

De la Nike Roshe Run à la Puma Disc Blaze en passant par la Adidas Stan Smith, il est ici question d’immortaliser sa sneaker en la mettant en scène. Concernant les lieux, on sort du cliché boîte à chaussures-chambre ; il faut faire preuve d’originalité ! Un coin de forêt, un terrain vague, les dunes du Sahara : il faut vendre du rêve et transformer une photo banale en un « selfie » artistique.

source : S.A.D.P – Facebook

 

Sinon, si vous êtes un curieux amateur de belles photos et de baskets (ou pas), on vous recommande de suivre :

 Stencia