Camille1

(c) photo : Guillaume GMZ

Internet est un immense puits à découvertes. Et pour cause, c’est sur Instagram que nous avons découvert Camille aka HolyCamille. Cliché après cliché, on s’est très vite rendu compte que l’on avait affaire à une jeune femme plutôt charismatique et spontanée. Finalement, elle ne fait rien comme les autres Camille ; chose qui la rend authentique. Et c’est pile ce qu’on recherchait. 

Flowr : Courte présentation : qui es-tu ? Quel âge as-tu ? Que fais-tu ?

Camille : Je suis Camille, une jeune femme de 24 ans, je n’exerce plus d’activité professionnelle pour le moment mais je suis quand même très occupée !

Flowr : Comment as-tu commencé en tant que modèle ? Par l’intermédiaire de qui ? Sur quel type de photo ?

Camille : Je ne me considère pas franchement comme modèle, juste une fille qui fait des photos de temps à autre, j’ai commencé vers 16/17 ans avec un pote qui s’essayait à la photo, on faisait pas mal d’extérieur, comme j’avais un look assez atypique on essayait de trouver des endroits qui sortaient un peu du commun !

tumblr_n87cp37WAO1qbn83uo1_1280

(c) photo : Fanny Cortade

Flowr : Cette première expérience t’a t-elle plu ?

Camille : Oui ça me faisait rigoler, je savais que je ne pouvais pas en faire mon métier mais comme hobby pourquoi pas?

Flowr : Qu’est-ce qui te plaît dans le fait de poser ?

Camille : J’aime le fait qu’on puisse devenir qui on veut. Je l’associe un peu à de la comédie, que ce soit en terme de make-up/stylisme ou bien d’émotions on peut jouer sur un peu tous les plans.

Flowr : Penses-tu qu’il faut nécessairement un beau physique pour devenir modèle ?

Camille : Absolument pas. J’ai vu des personnes qui étaient loin des idéaux de beauté d’aujourd’hui être des sujets photo bien plus intéressants que ce qu’on considère comme « séduisant ».

Flowr : Pour cette photo, était-ce difficile d’être « dénudée » ? Comment le photographe a t-il réussi à te mettre à l’aise ?

Camille : Je fais partie de ces personnes qui ne s’offusquent pas pour un bout de fesse ou un téton. Les photographes avec qui je travaille sont souvent des potes ou des gens avec qui j’ai pu shooter auparavant dans d’autres circonstances, si l’ambiance était cool et que le feeling passe je n’y vois aucun inconvénient, si ça va trop loin je ne le fais pas.

Fotor0804121153

(c) photo : Aurielle Sayeh

Flowr : Que retires-tu de ton expérience de modèle ?

Camille : Des jolies photos, d’autres qui me plaisent moins avec le temps, mais des souvenirs et pas mal de rencontres.

Flowr : Combien de shootings photos as-tu à ton actif  ?

Camille : Ouahou, absolument aucune idée! Je sais pas comme il y en a eu des sérieux, des un peu plus légers, je ne saurai pas du tout donner de nombre, quelques dizaines…

Flowr : Quel fut ton meilleur souvenir ?

Camille : Rah elle est dure celle-ci, tous mes shootings avec les copains, peut-être le premier avec Melchior (MPY de Street-Tease) j’avais 18 piges à l’époque, ça a été une de mes premières publications et le début d’une belle amitié !

(c) photo : Flavie Brizard

(c) photo : Flavie Brizard

Flowr : Pour quel type de photo aimes-tu poser ?

Camille : J’aime tout ce qui est mode/beauté/lifestyle. Le fait d’être tatouée m’amène souvent des propositions du type « sexy » et compagnie, c’est pas ma came sauf si c’est avec des gens que je connais ou avec qui j’ai déjà travaillé, j’ai pas envie de basculer dans le cliché de la fille tatouée qui finit en pin-up ou en truc un peu trash/vulgaire, j’ai des shoots lingerie, j’ai aussi des clichés que je regrette mais aujourd’hui je suis arrivée à un moment de ma vie où je sais ce que je veux et ne veux plus et c’est très important !

Vous pouvez retrouver HolyCamille sur :

Instagram

#passionchateau