Nous avons eu le plaisir de rencontrer Gilles Reboisson, photographe touche-à-tout, un peu casse-cou et gentil comme tout ! Entre la photo de kayak, de trail ou de concert, ce sportif passionné d’images sait ce montrer polyvalent. Pour satisfaire notre curiosité, nous sommes allés lui poser quelques questions devant un café !

 

1 – Comment es tu arrivé dans la photo ?

Gilles : En fait, j’étais athlète de kayak et il m’arrivait de poser en tant que modèle. Ensuite j’ai pratiqué la photo en dilettante pendant une dizaine d’années avec quelques parutions dans les magazines spécialisés en sport.

J’ai créé une agence de tourisme ce qui m’a permis de croisé des graphistes, des pros de la communication qui m’ont donné confiance en moi dans le domaine de la photo. Par la suite, j’ai revendu ma boîte pour me lancer en freelance avec un premier contrat pour Lafuma.

Les débuts n’ont pas été faciles, j’ai passé deux ans en mode « j’habite dans mon camion »,  mais là on peut dire que ça décolle depuis trois ans.

2013-©Gilles-Reboisson-6698

Je suis entré dans la photo par les commandes de marques, puis ensuite je me suis attaqué à l’éditorial avant de glisser vers les commandes d’organisateurs d’événements comme la Saintélyon ou Lyon Urban Trail.

 

2 – Quels domaines t’inspirent ?

Gilles : J’ai une attirance pour l’image de sport en général, avec l’envie de démocratiser les sports de l’extrême. Je ne cherche pas à créer des photoscomplexes, réservées aux initiés de ces sports mais simplement de belles images. Toutes les activités de pleine nature m’intéressent et, grâce à la gestion de webzine (WaterHand, Kairn), j’ai pu goûté aux joies de la photo d’escalade, de ski, de parapente ou de spéléo…

2015-GillesReboisson-9056

Mais attention, le sport n’est pas mon seul centre d’intérêt ! De ma formation initiale dans le design, j’ai conservé un attrait pour la culture et l’art. Du coup, on vient me chercher aussi pour du culturel ou de l’événementiel, comme les Nuits Sonores par exemple avec Red Bull.

Spectators - Lifestyle

 

3 – Comment cela se passe pour les photos de courses (Saintélyon, LUT…) ?

Gilles : Pour les courses, il y a une importante préparation en amont. On discute beaucoup avec les organisateurs pour définir les besoins d’images (masse, élite…). Comme la note d’intention est assez claire, je suis ensuite 100 % autonome lors des courses. Je définis des points de prise de vue en fonction du timing prévu avec les organisateurs.

Concernant la Saintélyon, qui est une course nocturne, il faut vraiment prendre en compte l’usage qui sera fait de la photo. Par exemple, je dois attendre l’aube pour réaliser des photos à destination des parutions presse en noir et blanc car les images de nuit ne rendent bien qu’en couleurs.

2014-GillesReboisson-3334

Pour le Lyon Urban Trail, le mode de fonctionnement est similaire mais la réalisation est plus complexe. Comme la course se déroule en ville, les déplacements sont plus difficiles (soit en voiture avec un chauffeur, soit en moto) et le nombre de spots de prise de vue est plus limité. Pour cette course, je pars généralement assez léger du côté du matériel.

 

4 – Justement, niveau matériel, quel est ton chouchou ?

Gilles : J’ai opté pour Canon que je trouve au top concernant la fiabilité des produits et le service après-vente. Mon arme absolue en reportage, c’est le 5DMKIII couplé au 24-70 mm. Je complète ce duo soit avec un 14 mm soit avec un 35 mm.

J’ai besoin de me déplacer sans trop peiner donc je ne me charge pas trop. Des fois, je sors simplement avec l’appareil à la main et une ceinture Lowepro pour les objectifs et les accessoires. Si j’ai besoin de prendre des affaires supplémentaires, j’opte pour un sac à dos.En réalité, mon choix de portage conditionne particulièrement le style de mes photos.

2014-GillesReboisson-3119

5 – Et tes envies en ce moment ?

Gilles : Actuellement, j’ai des envies de reportage au long cours pour être en contact avec les gens, parler et raconter une belle histoire. J’aimerais aussi passer plus de temps à transmettre, à expliquer le métier de photographe.

 

Questions bonus

– Quelle photo ne ferais-tu pas ?

Hmmm la question n’est pas facile, mais je refuserais de faire une photo qui valorise une action que je ne cautionne pas.

– Ton Graal matériel ?

Tout simplement un 1DX concentré dans la taille d’un 5D ! Et qui pourrait instantanément partager mes photos au plus grand nombre et qui distribuerait un pièce à chaque fois qu’une photo ferait ressentir une émotion à la personne qui la regarde 😉

– Tes inspirations en photo ?

Les photographes qui m’ont entourés à mes débuts sont particulièrement importants pour moi du point de vue humain. Mais ceux qui m’ont donné envie de faire de la photo ne sont pas forcément des photographes de sport mais plutôt ceux qui ont fait de la photo une façon de vivre comme Gilles Caron ou Marc Riboux.

 

Pour suivre Gilles Reboisson dans ses aventures, voici les bonnes adresses :

Site web (tout frais, tout beau)

Page Facebook

Twitter // Instagram